Pensez- vous que l’agriculture est une priorité ? (2)

Dans un premier article, sont publiées les réponses apportées à la question Pensez-vous que l’agriculture est une priorité ?.

Les réponses sont la clé d’accès au groupe Facebook « L’agriculture, une priorité« . Ici, la liste des réponses apportées par les nouveaux adhérents. Ceux n’ayant pas répondu à la question n’ont pas pu avoir l’accès au groupe, la réponse étant la clé d’accès.

Confiplux_Johnoa Chambers
Confiture à base de fruits naturels pour une bonne santé et la beauté du corps. ©Johnoa Chambers

PENSEZ-VOUS QUE L’AGRICULTURE EST UNE PRIORITÉ ?

* L’agriculture, c’est l’avenir de l’Afrique. L’agriculture est le socle du développement. Seule l’agriculture peut libérer les jeunes du chômage ;

* L’agriculture doit être une priorité parce qu’elle est le socle du développement humain. Le véritable développement part d’une agriculture Lire la suite

Pensez- vous que l’agriculture est une priorité ?

C’est ce que je crois. L’agriculture est une priorité pour atteindre l’autosuffisance alimentaire et résoudre efficacement le problème du chômage des jeunes. C’est un choix stratégique pour accélérer le développement économique de l’Afrique.

cultures sous serre

L’agriculture, une priorité : c’est la dénomination d’un groupe Facebook sur lequel je partage mes articles, les opportunités en agribusiness et Lire la suite

Technologie d’irrigation israélienne : Précision et Rentabilité

L’innovation agricole intègre la technologie pour rendre plus attractives et plus rentables les activités agricoles. En matière d’irrigation, la technologie israélienne figure parmi les plus prisée dans le monde. Cette révolution repose sur des thématiques spécifiques : L’installation du système d’irrigation est- elle rentable ? Quel matériau utiliser pour fabriquer les matériels d’irrigation ? Quelle est la quantité exacte d’eau qu’il faut apporter à la plante ? Qu’est ce qui garantie la durabilité du système d’irrigation ? Quelle méthode d’irrigation est adaptée?

pepiniere_laitue

Le matériau utilisé pour la fabrication

Sur le terrain, il est observé bon nombre de matériels d’irrigation qui ne sont pas Lire la suite

L’agriculture, une priorité

Pourquoi je privilégie l’agriculture ?

Je me suis basé sur la pyramide de Maslow pour expliquer pourquoi je crois que l’agriculture est une priorité. Abraham Maslow (1908– 1970), psychologue américain, distingue 5 groupes de besoins, représentés sous forme de pyramide, listés dans l’ordre de priorité à savoir : Lire la suite

Le climat change, l’agriculture aussi : Une agriculture intelligente, sensible au climat

Chers acteurs du secteur agricole. Je nous invite à réfléchir au sujet des variabilités saisonnières induites par les changements climatiques. Pendant des années j’ai été attentif Lire la suite

Implication de l’approche genre dans la mise en œuvre des projets/programmes agricoles dans la Vallée de l’Ouémé : Cas de la commune de Dangbo

Mahutin S. Espérance Hounkonnou

espoirhounk@yahoo.fr

INSTITUT NATIONAL DE LA JEUNESSE DE L’EDUCATION PHYSIQUE ET DU SPORT (INJEPS) DU BENIN

Directeur de mémoire : Dr Sounon Adam Nakou

Lire la suite

Bénin: Attaque des champs par les chenilles légionnaires, un état de veille est nécessaire

Le Bénin a connu au cours de cette campagne agricole 2016- 2017 une résurgence de l’attaque d’un parasite appelé Spodoptera frugiperda. Ce parasite est la chenille du papillon Lire la suite

Année 2016 : Mes 5 meilleurs articles

Je voudrais sincèrement m’excuser auprès de vous tous dont l’accès à mon site vous a été refusé du 4 au 12 janvier 2017. J’ai modifié l’adresse du site et effectué quelques réglages sur le site. J’étais tout aussi préoccupé par la situation. Je remercie Dieu car hier soir c’est Lire la suite

Agriculture au Bénin : Non aux OGM !

Les discussions sur l’adoption ou non des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) par le Bénin se font de plus en plus houleuses sur la plupart des plateformes et sur les médias. Lire la suite

Un an de blogging au profit de l’agriculture : MES 5 MEILLEURS ARTICLES

Bien avant de créer ce blog sur l’agriculture, j’animais depuis octobre 2011, avec Bienvenue Toviwazon, un maître à penser du développement personnel, un blog formidable sur lequel on partageait des ressources précieuses. Bienvenue Toviwazon tient également en ce moment, de main de maître, un blog magnifique toujours sur le développement personnel.

C’était donc en avril 2015 que j’ai commencé par écrire des articles au profit de l’agriculture pour rester connecter au monde rural car au lendemain de ma formation de Master en management de la qualité et des projets à Pigier Bénin avec l’appui financier de la Coopération Technique Belge au Bénin, mes nouvelles passions avaient pour nom qualité et projet. J’avais donc décidé d’appliquer ces passions à l’agriculture c’est-à-dire le management de la qualité dans l’agriculture et le management des projets agricoles. Lorsque je publiais le premier article le 11 avril 2015, j’avais une seule idée en esprit : apporter ma modeste contribution au développement de l’élevage et de l’agriculture en général au Bénin. Je m’étais donc donné comme objectif de partager avec vous mes connaissances techniques en agriculture, en management de la qualité et en management des projets.

Au cours du processus, je m’étais rendu compte que l’inspiration était plus importante que je l’avais imaginée. J’avais noté que certains de mes articles ont eu une portée internationale surtout africaine. Certains défis de l’agriculture béninoise sont pratiquement identiques avec la plupart des pays africains surtout l’Afrique au sud du Sahara et certains pays de l’Amérique Latine en particulier Haïti.

Voici Mes 5 meilleurs articles après un an de blogging

Si cela ne tenait qu’à moi, tous mes articles sont meilleurs. Le critère de choix des meilleurs articles est le nombre de partage facebook. Ce sont des articles que les lecteurs ont trouvés assez pertinents qu’ils ont décidé de les partager avec les leurs. Mes 5 meilleurs articles sont donc :

1- Que faire pour intéresser les jeunes à l’agriculture ? (137 partages)

2- Bénin : Aux candidats à l’élection présidentielle du 28 Février 2016 (65 partages)

3- Agribusiness TV : La première web TV au service de l’agriculture en Afrique (53 partages)

4- BENIN : Présidentielle 2016 – Mon candidat c’est celui qui fera la promotion de l’agriculture (39 partages)

5- Centre Agro-Piscicole Business (CAPiB) ‘’LA REFERENCE’’ (53 partages)

Je vous ajoute volontiers un sixième article, celui que j’aurai tant voulu faire partie de cette liste. Il s’agit de l’article :

6- AFRIQUE : La démarche qualité, le prochain défi pour l’agriculture (30 partages)

Le tableau de bord de mon blog

Un coup d’œil au tableau de bord me donne un total de 102 articles, 3 pages et 67 commentaires. Le blog a été visité dans 111 pays du monde dont la France en tête suivie par le Bénin.

N° d’ordre Pays Nombres de visites
1 France 1062
2 Bénin 1050
3 Union européenne 426
4 États-Unis 346
5 Algérie 249
6 Togo 174
7 Côte d’Ivoire 161
8 Cameroun 116

Pour savoir le reste des pays et le nombre de visites veuillez cliquer ici. Je sais que ces statistiques ne sont pas impressionnantes si vous les comparez à celles des blogs très célèbres. Mais pour moi « beginning is luck ».

Mon appréciation

Je dois avouer que j’ai été satisfait pour avoir passé ces 12 derniers mois à écrire des articles au profit de l’agriculture, à répondre à des questions techniques, à faire de la téléassistance technique à travers mon blog, whatsapps et les mails. Je m’étais donné comme objectif de publier un article par semaine. Je suis satisfait car cet objectif est également atteint. Vous savez, la passion est tout simplement passée par là (Rires). J’aime ce que je fais et je n’ai pas l’impression d’avoir perdu mon temps. Mais il me reste beaucoup de choses de savoir sur mon blog, mes articles, les sujets à aborder, …

Votre appréciation

Je vous invite ici à me dire ce que j’ai pu vous apporter à travers mon blog durant ces 12 derniers mois. J’aimerais savoir, si vous avez visité mon blog une fois, votre opinion sur ce que j’écris. Cela m’aidera beaucoup. Dites-moi les questions qui vous tiennent à cœur en ce qui concernent l’élevage, et l’agriculture en général et je vais entreprendre des recherches pour vous satisfaire. Merci de me répondre en commentaires.

Vos critiques, votre aide

Je sollicite ici votre aide à travers des critiques. Les critiques permettent de s’améliorer et d’aller de l’avant. Si vos critiques peuvent s’accompagner de propositions, ce serait génial. Si vos critiques ne sont pas accompagnées de propositions, ce n’est pas grave, formulez-les quand même. Merci de laisser en commentaires vos critiques.

Merci à vous.

Agribusiness TV : La première web TV au service de l’agriculture en Afrique

Lorsque j’ai publié l’article sur Que faire pour intéresser les jeunes à l’agriculture ?, j’ai remarqué un intérêt prononcé des lecteurs professionnels du monde agricole. J’ai donc décidé de le partager sur la liste de diffusion Jeunes-ARDYIS CTA, qui regroupe des jeunes professionnels du secteur agricole – une initiative du CTA. C’est sur ce groupe en question que j’ai été mis au courant de cette innovation de la web télé au service de l’agriculture et les jeunes entrepreneurs agricoles.
L’agriculture africaine nécessite plus que jamais une attention particulière. Toutes les initiatives visant à inciter les jeunes à s’intéresser à l’agriculture sont pour ma part à encourager et à promouvoir. C’est à juste titre que je suis heureux de vous annoncer la mise en service très prochainement de la première web télé au service de l’agriculture en Afrique.

Quelle est sa mission ?
Agribusiness TV, dans sa vision globale de promotion de l’agriculture, fait recours aux vidéos comme outil de promotion et de (re)valorisation des métiers d’agriculture aux yeux jeunes.

Quels avantages pouvons-nous en tirer ?
Nul n’ignore l’importance de la communication dans le développement d’un secteur d’activité. La web télé sera consacrée exclusivement à la promotion des jeunes entrepreneurs agricoles à travers des interviews, des témoignages et des récits de jeunes entrepreneurs agricoles à succès. Agribusiness TV mettra l’accent sur les aspects suivants : Comment ces jeunes travaillent pour faire prospérer leurs initiatives ? Quels sont les facteurs clés qui expliquent le succès de leur idée d’entreprise ? Quels ont été les problèmes rencontrés et comment ont-ils réussi à les surmonter ? Quelle est la situation actuelle des jeunes dans l’entrepreneuriat agricole en Afrique, particulièrement dans les pays qui seront couverts ? Quelles sont les possibilités existantes pour les jeunes et comment peuvent-ils les saisir ?

Quels sont les pays couverts ?
La diffusion de la web TV est en principe prévue au profit de tous les pays africains. Néanmoins, il a été conçu une phase pilote à déployer dans 4 pays africains à savoir le Bénin, le Cameroun, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.
En attendant le lancement officiel, vous pouvez mieux vous en informer en cliquant ici ou suivre sur les réseaux sociaux: Facebook ; Twitter ; Linkedin ; Instagram.
Vous pouvez aussi nous adresser directement vos préoccupations en commentaires.

Je vous remercie.

Louis Agbokou et Nawsheen Hosenally

Que faire pour intéresser les jeunes à l’agriculture ?

agric

En 2009, je m’étais intéressé à l’enseignement de la SVT (Science de la Vie et de la Terre). J’avais donc une classe de 6è avec un effectif de 45 élèves dans un collègue d’enseignement général de Porto-Novo. Au premier jour de cours avec mes élèves je leur avais demandé de prendre une feuille de papier et de me fournir les informations suivantes :

Nom :

Prénoms :

Email :

Date et lieu de naissance :

Carrière envisagée :

Mes jeunes amis ont fourni les informations demandées et j’ai fait ramasser les bouts de papiers puis je les avais rangés.

Ce n’est la semaine passée que j’étais tombé sur ces bouts de papier et je m’étais mis à lire les carrières envisagées de ces jeunes enfants. J’avais décidé de saisir les informations recueillies sur mon ordinateur. Ce qui avait conduit au tableau suivant : (permettez-moi de supprimer la colonne des noms pour préserver la vie privée de mes petits amis). Le tableau suivant présente le point des carrières envisagées. Pour visualiser ce tableau cliquez ici

Dans le second tableau suivant, je vous invite à observer la compilation que j’ai faite à partir du premier tableau.

Numéro d’ordre Carrière envisagée  Nombre d’élèves
1 Docteur 9
2 Avocat 4
3 Banquier 4
4 Footballeur 4
5 Comptable 3
6 Directeur 3
7 Policier 3
8 Gendarme 2
9 Militaire 2
10 Sage-femme 2
11 Transitaire 2
12 Commerçant 1
13 Douanier 1
14 Infirmière 1
15 Para-commando 1
16 Président 1
17 Professeur 1
18 Religieuse 1
TOTAL 45

 De l’observation de ces deux tableaux, j’ai fait deux constats :

Premier constat : En dehors de deux corps de métier que je ne considère pas vraiment comme étant un métier à savoir Directeur et Président, les enfants ont énuméré 16 corps de métiers différents. J’ai eu grande impression qu’ils sont bien cultivés ces petits (Rires).

Deuxième constat : Aucun corps de métier agricole ou apparenté à l’agriculture n’a fait partie de la liste. L’agriculture et les métiers apparentés ne représentent pas une opportunité de se réaliser pour ces enfants d’un âge moyen de 11 ans. Vous pouvez peut-être me dire que mon échantillon n’est pas représentatif. Je vous suggère donc de demander aux jeunes autour de vous. Vous pouvez leur poser la question suivante : Qui parmi vous veut devenir agriculteur ? Ou bien Qui veut devenir éleveur ?

Si vous le faites, vous verrez vous-même les résultats.

Aujourd’hui, se consacrer à l’agriculture semble être pour beaucoup une contrainte et non une vocation. Comment cela pourrait en être autrement ?

Les clusters agricoles se forment, l’agri-business est entrain de naître. Les centres de formation se multiplient. Certainement des efforts de part et d’autres sont faits mais, les mesures d’accompagnement de l’agriculture béninoise restent toujours insuffisantes et mal orientées.

Que pouvons-nous faire pour réellement rendre l’agriculture attractive ?

Cette question, je vous la pose, si vous avez une idée, partager-la avec nous en commentaire. Le moment est crucial.

« Les grands esprits discutent des idées, … » Eleanor Roosevelt.

Porciculture : L’essentiel sur l’habitat du porc en milieu tropical

habitat porcs

Une bonne maîtrise de l’élevage des porcs passe par la construction d’un habitat adéquat permettant un bon suivi sanitaire, alimentaire et une bonne gestion de la reproduction. L’élevage en divagation des porcs constitue un risque potentiel exacerbé par le contexte sanitaire actuel caractérisé par l’émergence de maladies virales qui malheureusement prennent une allure enzootique. Elever ses porcs en divagation c’est comme épargner de l’argent au près d’un inconnu ; tout peut arriver (Rires). Le leitmotiv de tout conseiller agricole est de nos jours le renforcement des mesures de biosécurité c’est-à-dire l’ensemble de mesures mises en œuvre pour prévenir et empêcher l’entrée/la sortie de germes pathogènes d’un élevage. Et l’habitat joue un rôle fondamental en matière de biosécurité.

Pour y arriver quelques points clé sont à considérer :

  • Le choix du site

Le site abritant la porcherie doit être non inondable, non glissant, accessible et à proximité d’une source d’approvisionnement d’eau. Le site doit se situer en retrait de la ville et doit être clôturé.

  • Le bâtiment d’élevage

Le porc est un animal fort. Si vous le mettez dans un bâtiment à base de matériaux précaires, soyez sûr qu’un jour à l’autre il va briser les barrières, sortir et se mettre en divagation. De plus ce n’est pas une partie de plaisir que d’attraper un porc en liberté (rires), il faut une bonne équipe de personnes en très bonne santé.

Il est donc préconisé un bâtiment à base de matériau définitif pour un suivi adéquat de l’activité. En milieu tropical, le bâtiment d’élevage de porc n’est pas fermé, il est largement ouvert sur les côtés. Le bâtiment est orienté Est – Ouest afin de permettre aux porcs de se protéger à volonté des rayons solaires. Les bâtiments dont la toiture est disposée en une double pente ne permettent pas dans la plupart des cas de réaliser les deux parties (couvertes et non couvertes), cependant les porcs s’adaptent.

Les meilleurs bâtiments sont en général à sol cimenté, l’élevage de porc ne doit pas se faire sur un sol nu car le mélange du sol avec les restes d’aliment, l’eau d’abreuvement et l’urine constitue un milieu favorable à la prolifération des microbes qui finiront par nuire à l’animal. En plus un tel environnement ne permet pas d’effectuer de façon efficace l’hygiène de l’habitat. Le sol doit être dallé, légèrement rugueux et légèrement incliné (3% de pente) de manière à faciliter l’écoulement des eaux de nettoyage. L’intérieur du bâtiment est divisé en loges. Ces loges peuvent être placées soit sur une rangée, soit sur deux rangées de part et d’autre d’un couloir (allée) central de service de 1,5m de large.

Chaque loge dispose d’une aire de couchage et une aire d’exercice. La surface de couchage doit être couverte en tôles ou en paille. La surface d’exercice non couverte doit être assez large pour faciliter le déplacement et la défécation des animaux. Cette surface non couverte bénéficie de la désinfection naturelle grâce à son exposition aux rayons solaires. De plus, elle permet aux porcs de profiter au besoin des rayons solaires (nécessaires à la synthèse de la vitamine D par l’organisme).

Les murets de séparation des loges ont une hauteur de 1,20 m pour les truies et 1,40 m pour les verrats. L’épaisseur du muret est de 15 cm en brique ou bien il peut s’agir des séparations en béton armé de 10 cm.  Les portes des loges doivent s’ouvrir à l’intérieur et non de l’extérieur pour éviter qu’elles soient défoncées par les porcs.

La toiture peut être en tôle ondulée, en tuile ou en chaume. Elle doit être supportée par des poteaux bien solides. La hauteur est de 2,5 m à 3 m. Il faut orienter la pente de la toiture derrière le bâtiment de telle sorte que l’eau de pluie se verse derrière le bâtiment. Si elle se versait à l’intérieur de la loge, elle remplissait le puisard destiné à drainer les eaux résiduelles. Au cas où la pente est déjà orientée à l’intérieur de la loge, vous pouvez mettre à l’extrémité de la tôle ou la tuile une gouttière et le connecter à un dispositif de collecte pour une utilisation ultérieure de l’eau.

  • Les types de loges :

On distingue 4 types de loges dans une porcherie : il s’agit des loges d’engraissement, loges d’attente de saillie, loges de maternité, loges de verrat. Les loges d’engraissement permettent de regrouper les porcelets sevrés pour les nourrir jusqu’au poids d’abattage. Les loges d’attente de saillie permettent de regrouper les jeunes truies vides qui attendent la saillie. Les loges de maternité sont des loges conçues pour la mise-bas. La loge du verrat doit se trouver soit à l’entrée ou au milieu de la porcherie.

Mais sur le terrain, il on ne constate que trois type de loges: la loge de la truie reproductrice, la loge du verrat reproducteur et la loge d’engraissement.

  • La densité dans les loges

Au cours de l’engraissement, les loges collectives utilisées devront assurer 1 m2 par porcelet de 20 à 50 Kg et 2 m2 par porc de 50 à 100 Kg à l’engraissement. Les loges d’engraissement peuvent être de dimensions 4m sur 3m et contenir 8 à10 porcelets jusqu’à 6 mois d’âge. Pour les loges de la truie en reproduction, prévoir 9 à 10 m² par truie. En ce qui concerne les loges de verrat en reproduction, il faut 10 à 12 m² par verrat reproducteur.

  • Les mangeoires et abreuvoirs

Les mangeoires et abreuvoirs peuvent être fixes ou mobiles. Je préconise pour ma part ceux qui sont  en béton et fixes. Les mangeoires et les abreuvoirs recommandés doivent avoir les caractéristiques suivantes :

– permettre une distribution facile des aliments sans que l’on ne soit obligé à rentrer dans la loge ;

– résister à l’action destructrice des animaux ;

– résister à la corrosion des aliments ;

– permettre un nettoyage facile, etc.

En ce qui concerne l’eau de boisson, il faut distribuer de l’eau de bonne qualité c’est-à-dire de l’eau potable ou encore l’eau que vous pouvez boire vous-même.

Lorsque l’espace le permet, il est recommandé de prévoir surtout pour les reproducteurs des baignoires pour réguler plus facilement les fortes variations de températures. Le porc déteste essentiellement la chaleur car en période chaude sa graisse sous-cutanée a tendance à se fondre, ce qui lui donne une sensation de chaleur excessive.

  • L’hygiène de l’habitat

Comme j’ai coutume de dire, la maîtrise de l’hygiène de l’habitat commence depuis le type et le choix des matériaux de construction. Il faut privilégier les matériaux qui facilitent le lavage et la désinfection. L’intérieur des loges doit être lavé et désinfecté deux à trois fois par semaine. Les porcheries dont le plancher ou les murets de séparation sont couverts d’une couche verdâtre  manquent d’hygiène. Il faut à l’aide de grattoir et de brosse nettoyer le sol et les murets pour les rendre propres. Les déjections doivent être ramassées tous les jours. La procédure de mise en œuvre de l’hygiène suggère le grattage, le nettoyage (brossage plus balayage), le lavage à l’eau plus savon puis la désinfection.

La porcherie doit être suffisamment aérée pour permettre la circulation et le renouvellement du l’air ambiant. Elle doit recevoir à un moment de la journée les rayons solaires pour une désinfection naturelle des loges. Le sol doit être résistant, imperméable, non glissant avec une légère pente pour faciliter l’évacuation des déjections et eaux de lavage. Il faut disposer d’habits exclusivement réservés au travail dans la porcherie et installer obligatoirement un pédiluve devant la porcherie et en faire un usage quotidien.

Conclusion

Le porc étant un animal solide, son habitat est également conçu de façon solide pour pouvoir le contenir. La réussite de l’élevage de porc commence par la bonne conception de la porcherie. Je dois préciser qu’avec une alimentation de qualité et une bonne gestion de la reproduction, le porc n’a pas tendance à sortir des loges. Il est donc important d’assurer à nos porcs une bonne alimentation, un bon suivi sanitaire et une bonne gestion de la reproduction.

Je vous encourage à persévérer et vous souhaite plein succès !

Louis Agbokou