L’agriculture au 21è siècle : Mettre à jour les politiques agricoles

Le monde contemporain fait l’expérience de la technologie. L’agriculture n’en fait pas exception et subit de plus en plus de transformations technologiques des systèmes et processus de production. Beaucoup sont encore des acteurs du secteur agricole qui ne perçoivent pas encore ce qui se passe mais les plus avisés se rendent bien compte que quelque chose de différent est entrain de poser des bases solides pour finalement s’imposer à tous les acteurs. Toute politique agricole faisant fi de cette réalité serait dans quelques années inutile car elle se verrait outdated de plus d’un siècle

IMG_20180130_133342_025Le service agricole d’antan promeut les agents d’encadrement qui se déplacent d’exploitations en exploitations pour effectuer l’appui conseil des producteurs conformément au cahier de charges. Cette pratique a perduré pendant des dizaines d’années. Cependant, l’agriculture contemporaine est fortement influencée par des thématiques comme le genre, l’agribusiness, l’inclusion des jeunes (dividende démographique), l’entrepreneuriat agricole, le développement durable, les drones, les énergies renouvelables, le travail collaboratif, les webinars, l’agriculture de précision, l’agriculture climato-intelligente…

L’imbrication de ces thématiques au secteur agricole est miraculeusement facilitée par les technologies de l’information et de la communication (TIC). Je suis même tenté d’affirmer que les TIC représentent aujourd’hui « l’essentiel ».

Le producteur d’aujourd’hui, c’est qui ?
Le temps du producteur « paysan », qui ne sait ni lire ni écrire, qui ne tient aucune comptabilité et qui ignore tout principe de qualité, est révolu. Nous sommes aujourd’hui en face des entrepreneurs agricoles, des chefs d’entreprises qui sont des spécialistes, des personnes ambitieuses qui voudraient réaliser leurs rêves à travers les activités agricoles. Personne n’a besoin de courir après eux pour un suivi gratuit, ils savent solliciter des services en fonction de leurs besoins. Ils interviennent dans différentes chaînes de valeur agricoles et occupent différents maillons au sein des chaînes de valeurs. Ils sont à l’origine des produits et services innovants qui ne cessent de faire parler d’eux. J’en veux pour preuve : Farmerline, Benagri, eMAS, FeedCalculator, ma boutique en ligne, Hello Tractor et bien d’autres encore.
Si vous avez de bons produits numériques, contactez moi que je vous aide à les vendre !

Inclure le service en ligne dans les politiques agricoles
Un ami à moi m’a donné l’exemple d’un service agricole composé de moins de 10 spécialistes qui dessert 17 millions de producteurs. Ils ont un site internet, un service SMS, un centre de démonstration. Et c’est tout!
Le service en ligne supprime les bureaux, les papiers (piles de rapports), les frontières. Il traverse les réalités d’une région à une autre et atteint un nombre impressionnant d’utilisateurs.
Inclure le service agricole en ligne est de nos jours très important pour satisfaire la demande en formations et en informations de plus en plus croissante des acteurs.

(Credit photo: Louis Agbokou)

 

Publicités

La Peste Porcine Africaine : la perspective d’un vaccin 

La Peste Porcine Africaine (PPA) est une maladie virale des suidés (porc, phacochère, sanglier) et qui sévit principalement en Afrique. En 1997, la première épizootie de la PPA fut déclarée au Bénin et pratiquement dans la même période dans d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest comme la Côte d’Ivoire, le Togo, le Nigéria et le Ghana. Devenue enzootique dans ces pays et face à la faiblesse des mesures de biosécurité du fait de notre système d’élevage, est ce qu’il n’est pas temps de penser à trouver le vaccin contre la PPA ?

Depuis 2007 que je suis impliqué dans le développement rural, j’ai observé que la PPA décime des porcs presque chaque année. Le nombre de porcs décimés et la perte économique qu’elle engendre chaque année est si considérable qu’il est crucial de Lire la suite

Technologie d’irrigation israélienne : Précision et Rentabilité

L’innovation agricole intègre la technologie pour rendre plus attractives et plus rentables les activités agricoles. En matière d’irrigation, la technologie israélienne figure parmi les plus prisée dans le monde. Cette révolution repose sur des thématiques spécifiques : L’installation du système d’irrigation est- elle rentable ? Quel matériau utiliser pour fabriquer les matériels d’irrigation ? Quelle est la quantité exacte d’eau qu’il faut apporter à la plante ? Qu’est ce qui garantie la durabilité du système d’irrigation ? Quelle méthode d’irrigation est adaptée?

pepiniere_laitue

Le matériau utilisé pour la fabrication

Sur le terrain, il est observé bon nombre de matériels d’irrigation qui ne sont pas spécifiquement destinés au maraîchage. Il y a des matériels de plomberie, de construction (génie civil) qui se retrouvent dans l’irrigation et de façon globale dans les techniques de gestion de l’eau agricole.

De ce point de vue, il est important de se référer aux entreprises spécialisées pour cette activité. L’exemple d’une entreprise qui fabrique en même temps de la tuyauterie de construction de bâtiment et du matériel d’irrigation ne serait pas, à mon avis recommandée pour s’approvisionner en matériel d’irrigation. Parce que la reconnaissance du matériau adapté ne pourra malheureusement pas se faire à vue d’œil. Il est donc important de s’orienter vers des structures spécialisées et expérimentées comme celles israéliennes.

La quantité exacte d’eau

l’objectif du système d’irrigation tel que connu de façon générale c’est « d’apporter l’eau à la plante ». Ce concept est de nos jours dépassé car si la quantité d’eau apportée à la plante est inférieure à la quantité dont la plante a besoin, elle va s’étioler et sera moins productive. D’un autre côté, si la quantité d’eau apportée dépasse la quantité dont la plante a besoin, elle sera gorgée d’eau et moins productive. Vous constatez avec moi que pour une bonne productivité et une utilisation optimale des ressources en eau, il faut apporter à la plante la quantité exacte d’eau dont elle a besoin.

Au cours de mon voyage en Israël, j’ai observé qu’en fonction de la méthode d’irrigation utilisée, le matériel est doté d’un dispositif qui permet de maintenir la même pression d’eau du début jusqu’à la fin du champ que le sol soit en montée, descente ou plat.

Comment savoir la quantité exacte d’eau dont la plante a besoin en fonction du type de sol, de l’espèce, du genre, et de la variété ?

La réponse, c’est de référer aux spécialistes en la matière.

L’entretien du système

La plupart des systèmes d’irrigation chez nous souffrent d’entretien. Après l’installation, le spécialiste « disparaît ». Après quelques mois d’utilisation commencent les problèmes de fonctionnement du dispositif. Il existe un programme d’entretien adapté et maîtrisé par les spécialistes. Pour une durabilité du système d’irrigation, le plan d’entretien est mis en œuvre.

Le système d’irrigation est-il rentable ?

Installer un système d’irrigation faisait partie entre temps des moyens pour rendre moins pénibles les activités agricoles en particulier l’arrosage. Avec le développement de la technologie, l’installation d’un système d’irrigation permet non seulement de rendre l’irrigation facile et réalisable par tout le monde (jeunes, adultes, homme, femmes). Mais aussi, installer un système d’irrigation permet de rentabiliser son activité. Des calculs sont faits pour identifier quels matériels utiliser en fonction type de sol, de la source d’eau, du climat, des cultures, etc. Il ne s’agit pas seulement de rendre le champ attrayant, l’objectif ultime de l’installation d’un système d’irrigation, c’est de rendre l’activité plus rentable. C’est une affaire de spécialistes et les meilleurs spécialistes des entreprises Israéliennes sont disponibles à collaborer pour nous accompagner.

Quelle méthode d’irrigation utilisée ?

Au niveau actuel de la technologie, quatre méthodes d’irrigation sont utilisées. Il s’agit des méthodes immersion, macro- aspersion, micro-aspersion et goûte à goûte. Le choix d’une méthode ou de l’autre est fonction de plusieurs paramètres dont le type de culture à entreprendre et du type de sol.

Les spécialistes Israéliens sont disposés à mettre leurs expériences au service du développement de notre agriculture.

Le cannibalisme des lapines mères: causes et solutions

L’un des facteurs clé pour la rentabilité de l’élevage de lapin c’est la maîtrise de reproduction. Mais il est observé qu’à la mise bas, certaines lapines mères dévorent leurs lapereaux. Quelle est la cause? Comment peut-on y remédier?

Quelle est la cause ?

Le cannibalisme des lapines mères intervient selon mes observations dans les conditions suivantes:

  • en absence d’eau et d’aliment jusque après la mise bas ;
  • en cas de carence nutritionnelle (protéine et minéraux surtout) de la lapine mère ;
  • en présence d’un fort taux de la farine de poisson (au delà de 12%) dans la provende lapine mère ;
  • l’existence de facteurs génétiques ;
  • etc.

Comment peut-on y remédier?

Il faut juste se référer aux causes que j’ai identifiées et empêcher leur occurrence. Il s’agit de:

  • S’assurer que l’eau est disponible ad libitum chez la lapine gestante ;
  • Distribuer une provende équilibrée ;
  • Eviter un fort taux de la farine de poisson dans la provende lorsque vous fabriquez votre propre provende. Quant aux provendes commerciales, ces proportions sont respectées si les responsables sont des professionnels ;
  • Bien choisir ses reproducteurs. Lire ici Comment choisir ses reproducteurs.

Lorsque vous êtes en présence d’une lapine qui dévore ses lapereaux et que toutes les trois premières conditions sont remplies, la solution qui s’impose est de la sortir de la reproduction.

Je vous remercie.

Aux Agripreneurs : Quel est votre plus grande difficulté du moment ?

Je sais que beaucoup de jeunes agripreneurs sont actuellement en plein dans les activités agricoles. Au cours de ce voyage palpitant il y a des exploits aussi bien des contraintes. Quelles sont les contraintes majeures que vous rencontrez actuellement ? Avez vous aussi des exploits ?

tomate_plants

Je consacre cet article pour recueillir prioritairement les contraintes actuelles des entrepreneurs agricoles afin de faire des recherches et d’apporter des propositions de solutions. Si la préoccupation tombe directement dans mes domaines de compétence, vous aurez la réponse dans un bref délai. Dans le cas contraire, je ferai des recherches pour trouver le spécialiste.

Peut être aussi que votre contrainte majeures du moment a été déjà maîtrisée par quelqu’un d’autre qui aura le plaisir de partager avec vous comment il a pu résoudre la situation.

Je n’oublie pas non plus les personnes qui désirent entreprendre dans la chaîne de valeur agricole. Il y a beaucoup d’entrepreneurs expérimentés par ici (sourire), ils vont répondre à vos préoccupations, bien sûr avec ma contribution.

Mieux voulez-vous partager vos exploits avec les autres ?

A vous agripreneurs en activité, si vous des histoires de réussite spécifiques à votre activité, je vous invite à les partager avec les autres. Cela pourrait aider quelqu’un à produire plus de résultats ou motiver quelqu’un d’autre à se lancer dans l’agripreneurait.

J’attends de vous lire aujourd’hui !

En 2050, qui va nourrir les 9 milliards d’habitants de la planète ?

La majorité des agriculteurs d’aujourd’hui sont des personnes de troisième âge. Plusieurs politiques d’inclusion des jeunes (18- 35 ans en grande partie) sont en cours de conception et d’implémentation pour intéresser les jeunes aux métiers et sciences agricoles. Cependant, pour une inclusion durable des jeunes, il faut aller bien en-deçà de 18 ans et s’intéresser aux enfants de 10 ans d’âge et plus. C’est ce que fait AGRIMAN. C’est qui AGRIMAN ?

whyfarm

Pourquoi intéresser les enfants à l’agriculture ? Lire la suite

Dr Babadjidé Michel : « Je rêve de restaurer l’économie du village »

Il est bien connu au Bénin et dans la sous région, Dr Babadjidé est ce cadre hors pair, hors norme qui, se basant sur des réalités endogènes africaines, défie les normes établies et acceptées de la sphère universitaire. Avez-vous suivi sa vidéo sur la solution au chômage en Afrique ?

IMG_20171015_223410_447

Dans cette vidéo il explique ce qui doit être fait pour atteindre l’autosuffisance alimentaire et faire face efficacement à l’épineux problème du chômage. Avez vous déjà suivi cette vidéo ?

Cliquez ici pour suivre la vidéo

D’après Dr Babadjidé, l’immunologie, la biosécurité, le pédiluve, le plan de prophylaxie, etc. ne s’exécutent pas de la même façon comme enseignés dans les écoles de formation.

Avec son concept « La maison du paysan », il prouve aisément tout ce qu’il défend et tout le monde peut le voir car c’est du concret et ses résultats le démontrent. Sa vision est de créer un village du paysan dans lequel il y aura plusieurs maisons du paysan afin de restaurer l’économie locale niveau village.

J’ai visité « La Maison du Paysan ». Ce que j’ai vu inspire respect et mérite l’accompagnement de tous.

IMG_20171013_140402

Vous pouvez visiter le site internet de La Maison du Paysan cliquant ici

D’après Dr Babadjidé Michel, « le cadre africain doit sortir de son cadre pour s’ouvrir à l’intelligence situationnelle ».