Implication de l’approche genre dans la mise en œuvre des projets/programmes agricoles dans la Vallée de l’Ouémé : Cas de la commune de Dangbo

Mahutin S. Espérance Hounkonnou

espoirhounk@yahoo.fr

INSTITUT NATIONAL DE LA JEUNESSE DE L’EDUCATION PHYSIQUE ET DU SPORT (INJEPS) DU BENIN

Directeur de mémoire : Dr Sounon Adam Nakou

Thème de recherche:  Implication de l’approche genre dans la mise en œuvre des projets/programmes agricoles dans la Vallée de l’Ouémé : Cas de la commune de Dangbo

 Soutenu en 2012 pour l’obtention du diplôme d’Administrateur en Sciences et Techniques des Activités Socio-Educatives, option : Développement Communautaire

RESUME

La présente étude a eu pour cadre la commune de Dangbo. Elle a pour objectif de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations en donnant à toutes ses couches sociales des possibilités égales afin que tous participent au développement de la Commune. Pour y parvenir, nous avons effectué une étude à la fois qualitative et quantitative avec pour outils de collecte de données l’entretien, le questionnaire et la recherche documentaire. La population d’enquête a été définie selon des critères de sélection et les enquêtés ont été choisis par arrondissement et par village. Les entretiens ont été réalisés sur la base d’un choix raisonné effectué au niveau des responsables à divers niveaux. Les résultats révèlent que dans la commune de Dangbo, l’implication de l’approche genre est une réalité dans la mise en œuvre des projets/programmes agricoles qui ont fait objets de la présente étude. Plusieurs facteurs expliquent la non participation des femmes au processus décisionnel au sein de la communauté. Il s’agit de : l’influence des maris, les contraintes familiales, la honte, la timidité, la peur, le manque de courage et la tradition. Cependant, 100% de la population enquêtée affirment que les femmes sont réellement impliquées dans la mise en œuvre des projets de développement dans la commune de Dangbo. Tous les projets qui appuient les producteurs, travaillent avec les hommes et les femmes. Ceci implique alors qu’il n’y a pas de discrimination.

Mots clés : Approche genre et développement, projets, programmes.

ABSTRACT

This research was realized in the commune of Dangbo. The study aims to shed more light on the improvement of every strata of the entire population by giving to each social class an equal chance to participate to the development of the commune. In order to achieve that goal, we have done both a qualitative and quantitative research with data collection tools that are interview, questionnaire and documentation. The questioned people were selected in districts and villages of the commune through some defined criteria. The interviews were carried out based on a reasoned choice made with the officials at various levels. The results revealed that in the commune of Dangbo. The implication of gender approach is obvious in the projects or programmers’ management. Lots of factors such as husbands influence, family constraints, shame, timidity, fear, lack of courage and tradition explained the fact that women do not participate to the development of their community. This study reveals that the entirely of the interview people (100%) were implicated in the use of development projects or programmes. This therefore implies that there is no discrimination.

Key words: Gender approach and development, projects, programmes.

METHODOLOGIE

Nature de l’étude

Notre étude sera menée selon deux volets :

– Un volet qualitatif qui cherche à analyser dans un premier temps les contraintes liées à l’implication de l’approche genre au niveau des projets agricoles en cours d’exécution dans la commune de Dangbo. Dans un second temps vérifier si ces projets agricoles contribuent au bien être des producteurs et ensuite à tous les habitants de la commune de Dangbo ;

– Un volet quantitatif qui vise à faire l’état des lieux de l’implication du genre dans l’exécution de ces différents projets et de voir en réalité quels sont les projets qui respectent mieux cette nouvelle approche du développement.

Population d’enquête et échantillonnage

Population d’enquête

La population d’enquête se définit comme l’ensemble des sujets sur lesquels doit porter une étude en fonction des informations à recueillir. Dans le cadre de notre étude, la présente population est faite de trois catégories à savoir :

  • Des producteurs bénéficiaires des projets dans la commune de Dangbo ;
  • Des agents de suivi des projets du Centre Communal pour la Promotion Agricole (CeCPA) de cette commune ;
  • Des responsables de projets au niveau du Centre Régional pour la Promotion Agricole (CeRPA) et des responsables au niveau communal.

En fonction des objectifs et des données recherchées, nous avons choisi :

  • Des groupements répondant aux critères suivants :
  • Exerçant leurs activités dans la commune de Dangbo ;
  • Bénéficiant l’appui d’un ou de plusieurs projets ;
  • Ayant plus de dix (10) membres ;
  • Etant effectivement en activité ;
  • Bénéficiant de l’appui du CeCPA
  • Des producteurs remplissant les critères suivants :
  • Etant producteur et menant ses activités dans la commune de Dangbo ;
  • Bénéficiant de l’appui du CeCPA ;
  • Bénéficiant de l’appui d’un ou de plusieurs projets.

Echantillonnage

Méthode d’échantillonnage 

Dans le cadre de cette étude, deux méthodes d’échantillonnage ont été utilisées à savoir :

  • La méthode probabiliste pour déterminer l’échantillon au niveau des producteurs. Cette méthode obéit à la loi du hasard.
  • La méthode non probabiliste qui n’obéit donc pas à la loi du hasard pour ce qui concerne les agents du CeCPA de cette commune et les responsables des projets au niveau CeRPA.

Technique d’échantillonnage

Les techniques d’échantillonnage utilisées sont celles correspondant à la méthode probabiliste et à la méthode non probabiliste.

  • La technique d’échantillonnage aléatoire simple

Elle correspond à la méthode probabiliste et nous a permis d’atteindre un grand nombre de sujets d’étude (producteurs) et aussi, d’avoir divers avis sur la question abordée. Un total de 586 producteurs dont 267 hommes et 319 femmes ont été enquêtés. Les producteurs enquêtés sont répartis en deux (02) groupes : les producteurs individuels (59 dont 38 hommes et 21 femmes) et les producteurs membres de groupements (527 dont 229 hommes et 298 femmes). L’étude a été réalisée dans quatre (04) arrondissements sur les sept (07) que compte la Commune. Au sein de ces arrondissements, il a été choisi les villages dans lesquels interviennent les projets. Parmi ces villages, certains ont été choisis au hasard avec un minimum de quatre (04) par arrondissement. Le choix des producteurs dans ces villages a été également fait au hasard. Quant aux groupements ils ont été choisis au sein des quatre (04) arrondissements en tenant compte des critères de sélection précisés dans la population d’enquête. L’étude étant réalisée pendant la période de crue, seulement deux (02) villages de Kessounou ont été choisis du fait de leur accessibilité.

  • La technique d’échantillonnage à choix raisonné

Avec cette technique, les cibles que nous avons sélectionnées le sont pour des raisons de fiabilité et de précision de données à collecter. La raison est que ces personnes sont des autorités s’occupant de l’encadrement et de la promotion des filières agricoles. Ainsi nous avons choisi :

  • Le Chef Service Planification et Développement Local à la Mairie de Dangbo ;
  • Le Chef Service Formation Opérationnelle et appui aux organisations Professionnelles ;
  • Le Chef Service Promotion des Filières Agricoles ;
  • Le point focal genre au niveau CeRPA Ouémé /Plateau
  • Le Responsable du Centre Communale pour la Promotion Agricole de Dangbo ;
  • Le Technicien Spécialisé en Inspection et Education Coopérative de Dangbo

    Taille de l’échantillon

Une fois la population d’enquête identifiée, il faut déterminer la taille, c’est-à-dire le nombre de personnes à enquêter au sein de chaque groupe cible. Ainsi l’échantillon de l’étude est de 592 sujets.

Technique et outils de collecte des données

Nous avons fait recours à d’autres techniques de recherche comme le questionnaire et le guide d’entretien en vue de compléter les informations recueillies lors de la recherche documentaire.

La recherche documentaire

Elle a commencé avec le choix du sujet et s’est poursuivie tout au long des différentes phases de la recherche. Elle a consisté en une collecte des documents relatifs à l’approche genre et développement. Il s’agit des ouvrages, des revues, des mémoires de fin de cycle et des informations reçues sur l’Internet. L’objectif poursuivi est de faire le point des connaissances sur l’approche genre et d’avoir le point de vue d’autres chercheurs sur la question.

Elle a été donc menée :

  • Au centre de documentation de l’INJEPS où les quelques mémoires ayant trait à notre travail ont été lu et ont apporté la lumière en ce qui concerne la dimension féminine dans la présente étude.
  • A la bibliothèque du CeRPA Ouémé /Plateau où nous avons fait le point de tout ce qui a été fait dans le secteur agricole en matière de genre.
  • Au centre de documentation du PNUD, Ministère de la famille, et de la Solidarité Nationale (MFSN),de la GIZ (Gesellschaft für Zusammenarbeit), à la Direction de la promotion de la Femme Rurale au MAEP où les documents mis à notre disposition, nous ont permis de réunir la bibliographie nécessaire et de comprendre les grandes orientations de l’approche GeD.
  • Au Centre Universitaire de Porto-Novo et d’Abomey Calavi où nous avons pu collecter des informations relatives à la situation des femmes dans le monde rural.

Le questionnaire

C’est la technique de collecte des données par écrit. Toutes les personnes interrogées répondent à des questions identiques et reçoivent les mêmes explications. Il a été administré aux producteurs parce que c’est l’outil le plus adapté compte tenu de leur nombre important. Ainsi, nous avons réalisé (04) questionnaires :

  • Un premier questionnaire qui nous a permis d’avoir une vue globale sur la situation de la commune de Dangbo concernant les rôles des femmes et des hommes et la répartition par sexe dans divers secteurs d’activité ; ceci nous a permis de mieux structurer nos différents questionnaires. (Annexe 1-A) ;
  • Un second questionnaire a été uniquement adressé aux producteurs individuels femmes pour avoir leur avis sur la question (annexe 1-F) ;
  • Un troisième questionnaire uniquement adressé aux producteurs individuels hommes, également pour avoir leur point de vue. (Annexe 1-D) ;
  • Enfin un quatrième questionnaire, uniquement à l’endroit des groupements et associations pour s’imprégner de la répartition par sexe au sein des groupements et de la participation des femmes et des hommes aux activités des groupements. (Annexe 1-E)
  • L’entretien

Il a été utilisé pour recueillir des informations auprès de nos enquêtés. Il nous a permis d’être en contact direct avec ceux-ci et d’obtenir de leur part des informations nécessaires à notre sujet de recherche.

Pour chacune des cibles, nous avons élaboré un guide d’entretien spécifique en tenant compte de nos objectifs.

L’entretien a été choisi en raison du volet qualitatif de notre étude, ce qui permettra d’explorer tous les aspects de notre thème en invitant nos enquêtés à s’exprimer de façon libre. Il a été réalisé à l’endroit de :

  • Quelques personnes ressources de la Commune pour avoir une idée sur le sujet et de savoir comment les rapports hommes /femmes s’entretiennent dans le milieu. (Annexe 1-B)
  • Quelques responsables de projets au niveau CeCPA et au niveau CeRPA afin de mieux cerner et de mieux appréhender les différents aspects de notre thème de recherche. (Annexe 1-C).

Déroulement de l’enquête et méthode de collecte des données

Déroulement de l’enquête

D’abord une pré-enquête a été effectuée pour une meilleure découverte et connaissance de la zone d’étude. En effet, elle a permis d’une part d’identifier quelques différents arrondissements dans lesquels le projet suit son cours et de prendre contact avec certaines personnes ressources capables de nous accompagner lors du processus.

Ensuite, un pré test a été la mesure préalable qui a permis de relever les problèmes et imperfections liés aux questionnaires. Cela nous a permis de porter des corrections et de les rendre plus simples, concises et compréhensibles. Au cours de cette phase, nous avions vérifié la validité des questionnaires et des différents thèmes et sous thèmes des guides d’entretien.

Méthode de collecte des données

Deux modes ont été utilisées pour la collecte des données à savoir : l’enquête par questionnaire et le guide d’entretien parce que nous avons estimé que l’une sans l’autre serait insuffisante à elle seule pour pouvoir mieux appréhender pleinement les paramètres de nos différentes préoccupations.

La première démarche consistant à administrer les questionnaires, s’est effectuée selon la technique de face à face et à été assurée par nous –mêmes. Pour ceux qui n’étaient pas présents, les questionnaires leurs ont été déposés et récupérés des jours plus tard. Il faut signaler que c’est seulement huit (08) questionnaires qui ont été déposés et tous les huit (08) nous ont été retournés. Pour ceux qui ne savent pas lire et écrire le français, les questions leurs ont été traduites en langue locale : le Xémègbé.

La seconde démarche a consisté en des entretiens individuels de type semi-directif réalisés avec certaines personnes ressources et quelques responsables de projets à divers niveaux. Elle nous a permis de recueillir des opinions et conceptions mais aussi d’appréhender les préoccupations évoquées. Les entretiens ont été enregistrés puis transcrits intégralement de manière à en analyser les contenus.

Traitement des données et méthode d’analyse

Dans un premier temps, le traitement a consisté à dépouiller les questionnaires. Ce dépouillement a consisté à faire le point des informations recueillies. Le traitement des informations a été fait manuellement et sur l’ordinateur, à l’aide du logiciel Excel. Les réponses aux questions fermées ont été évaluées en considérant l’effectif total des sujets et l’information recherchée. En ce qui concerne les questions ouvertes, nous avons fait une analyse du contenu de chaque discours tout en restant en harmonie avec le sujet d’étude. Concrètement, il s’est agi :

  • de transcrire intégralement tous les entretiens qui représentent le point de vue de l’ensemble des sujets interrogés ;
  • de faire ressortir toutes les impressions et tous les mots ou groupes de mots qui présentent un intérêt pour la problématique du thème ainsi que pour l’hypothèse.

Dans un second temps, il a consisté à dépouiller les entretiens eus avec les sujets. Ce dépouillement a consisté surtout à la transcription des informations afin de ressortir la synthèse des réponses des différents sujets interviewés. Les informations ainsi analysées constituent des données définitives nécessaires à la synthèse.

SUGGESTIONS ET RECOMMANDATIONS

Cette partie de notre travail s’articulera autour des suggestions susceptibles de contribuer à améliorer davantage l’implication des femmes dans l’exécution des projets /programmes agricoles dans la commune de Dangbo. Pour une implication réelle du genre, il est important de mettre l’accent sur les femmes car, elles sont les victimes des inégalités sociales.

A l’endroit des groupements de Dangbo et d’ailleurs:

Afin de permettre une participation effective des femmes et des hommes au sein des groupements, nous recommandons de :

  • Former les membres des groupements mixtes sur l’approche genre afin de faire comprendre l’intérêt de l’intégration du genre au sein des groupements ;
  • Impliquer davantage les femmes dans les différentes tâches au sein des groupements et intégrer dans les documents fondamentaux des groupements des cotas, leur permettant de siéger dans les conseils d’administration ;
  • Renforcer la participation des femmes et des hommes aux formations, pour mieux comprendre et utiliser les nouvelles méthodes culturales et de conservation ;
  • Encourager les femmes en leur accordant une part équitable des revenus issus de la vente des produits du groupement.

A l’endroit des responsables de projet à divers niveaux et à l’endroit de la Mairie de Dangbo

Au profit de ces différents acteurs, nous envisageons de :

  • Organiser des séances de sensibilisation au profit des producteurs sur l’approche genre ;
  • Renforcer les critères de sélection relatif à la sensibilité au genre lors de la sélection des ONGs;
  • Renforcer l’analyse selon le genre dans les formations dispensées en mettant l’accent sur des thèmes adaptés aux besoins et aux activités des femmes;
  • Renforcer la scolarisation des filles et mettre en place des politiques pouvant les maintenir à l’école afin d’éviter des abandons. Ceci leur permettra d’occuper plus tard des postes de responsabilité ;
  • Sensibilisation des populations, des communautés sur les droits des femmes et des hommes ;
  • Elaborer des programmes /projets pour des actions d’éveil et de conscientisation des hommes et des femmes pour l’implication effective des femmes dans le processus de définition des politiques de développement à la base.

A l’endroit du gouvernement

Nous suggérons de :

  • Œuvrer pour la participation des femmes aux différents fora.
  • Encourager les travaux de recherche sur les cultures maraîchères, la transformation, le conditionnement, la conservation et la commercialisation des produits agricoles car ces activités sont souvent pratiquées par les femmes ;
  • Tenir à jour les préoccupations des femmes et des hommes dans les travaux de recherche ;

Nous recommandons aussi d’envisager:

  • Des initiatives de renforcement des capacités des acteurs du développement pour la maîtrise des concepts et outils genre et de son intégration aux politiques, programmes et projets de développement.
  • Encourager pour la participation des organisations féminines et masculines de la société civile aux concertations, aux négociations et à la définition des politiques et stratégies locales, nationales ou internationales ;
  • Encourager les formations des responsables des structures stratégiques pour l’intégration de l’approche genre dans tous les secteurs de développement ;
  • Renforcer la prise en compte des besoins pratiques et des intérêts stratégiques des deux composantes de la société béninoise dans tous les secteurs clés du développement en collaboration avec les points focaux genre des départements ministériels et des ONGs.

Des interventions qui s’adressent spécifiquement aux femmes

A titre d’exemple, nous pouvons envisager des actions visant à :

  • augmenter le pouvoir économique des femmes : Promotion des activités génératrices de revenus (AGR) ; renforcement des capacités des structures d’octroi de crédits ; formation pour une bonne gestion des fonds etc.
  • renforcer les capacités des femmes : Promotion de l’accès et maintien des filles à l’école ; de l’accès des femmes non instruites à l’alphabétisation ; le renforcement de leurs capacités intellectuelles et organisationnelles afin qu’elles puissent comprendre davantage leurs droits et devoirs.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s