Mieux communiquer sur la recherche agricole pour plus d’impact

J’ai suivi récemment un webinar (en anglais) sur le thème « Builgind a bridge between scientists and communicators » qui pourrait se traduire en français comme  Construire un pont entre les chercheurs et les communicateurs. Le webinar est organisé par le GFAR sous la houlette du grand Peter Casier.

Quatre présentations ont été faites respectivement par :

Marjana Westergren, Slovenian Forestry Institute : SCIENTISTS VIEW

Marianne Gadeberg, Freelance Communications Consultant WLE, CGIAR : BUILDING THE RELATIONSHIP WITH SCIENTISTS

Boris Rantasa, Slovenian Forestry Institute: MOTIVATION AND SHIFTING ATTITUDE

Valérie Poiré, Editorial and Multimedia Services Manager, CIFOR: STRATEGIC COMMS PLANNING WITH SCIENTISTS

Peter Casier, GFAR Community Coordinator : BUILDING EMPATHY

Les présentateurs avaient partagé avec nous des expériences sur la recherche et la communication. Le webinar a été présenté à partir d’un fichier powerpoint que je peux mettre à votre disposition si vous manifestez le désir de l’avoir (c’est en anglais).

A quoi serviront les travaux de recherches s’ils ne sont ni connus et ni  adoptés par les groupes cibles ?

La recherche produit une panoplie des résultats et d’innovations qui sont pour la grande partie publiés dans les revues scientifiques et ne sont pas accessibles au grand public. Les revues scientifiques, c’est l’apanage des chercheurs, pour ne pas parler de couvent. Pourtant les groupes cibles doivent être suffisamment informés des résultats de recherches pour en tirer profit dans leurs activités quotidiennes. Ces parties prenantes sont les ONGs, les organisations de développement, les associations de producteurs, les services de vulgarisations, les fermiers, les décideurs politiques, les gouvernements, les institutions de recherches, les acteurs des chaines de valeur, le secteur privés, les étudiants, etc.

Où publier ses résultats pour avoir plus d’impact ?

Internet constitue de nos jours une opportunité. Publier les résultats des recherches sur internet donne une envergure mondiale à la recherche ; permet une consultation pour une durée illimitée tant que le site est accessible ; est possible à moindre coût. Mieux vous pouvez avoir en temps réel les retours d’information des acteurs qui font recours à vos résultats. Des organismes intéressés par votre thème peuvent vous contacter pour approfondir votre recherche. Bien d’autres opportunités vous attendent !

blog-reader-survey

Les résultats de nos travaux de mémoire sont-ils connus?

Une étude conduite au près de 2690 personnes qui sont les lecteurs des articles des blogs révèle que 27,6% sont des étudiants, 20,4% sont des scientifiques, 17,2% sont des représentants d’ONGs, 11% représentent le secteur privé, etc. (graphe ci-dessus).

Ce webinar m’a amené à me poser une question. Nos mémoires de fin de formation sont-ils juste destinés pour décrocher le diplôme ? Je crois que non ! Il s’agit de recherches scientifiques qui méritent d’être connues pour être utile aux acteurs du domaine concerné. Dans d’autres pays, les thèmes des travaux de mémoire sont proposés (et financés)  par des entreprises qui utilisent directement les résultats pour améliorer la performance de leur entreprise.  Lorsque je conduisais mes travaux de recherche de master en management de la qualité et des projets, les consultations sur Google ne me donnaient que des informations des pays développés et quelque peu du magreb en particulier le Maroc. Cependant, nos travaux de mémoire dorment dans les bibliothèques alors que le monde entier a besoin de savoir notre contribution à la communauté scientifique mondiale.

En attendant de concrétiser un partenariat avec les chercheurs et commencer par publier leurs résultats pour être connus et utilisés par toutes les parties prenantes, je vous donne l’opportunité de publier vos travaux de mémoire sur mon site.

Les critères pour publier votre recherche sur mon site

Les conditions sont les suivantes :

1- Le thème de mémoire ou de la thèse est relatif à l’agriculture ou à l’environnement ;

2- Le mémoire ou la thèse est déjà soutenu puis corrigé (la signature du directeur de mémoire sur la première page et la date de soutenance faisant foi) ;

3- Me faire parvenir sur contact@louisagbokou.com ou louisassou@gmail.com le résumé, la méthodologie et les suggestions/recommandations de la recherche ;

4- Payer pour la publication d’ici à décembre 2017 une somme forfaitaire de (ces montants pourraient connaître une hausse après 2017) :

Doctorat et post doctorat : 10 000 FCFA (16 EURO)

Maitrise, Ingénieur agronome, Ingénieur des travaux, Master, DEA, DESS : 5 000 FCFA (8 EURO)

BTS, LICENCE : 3 000 FCFA (6 EURO)

BEAT, DEAT : 2 000 FCFA (3 EURO).

Je ne sais pas pour tout le monde, mais je sais tout de même que certains se battent vraiment pour écrire leur mémoire et sont fiers de leur travail. Souvent, ce n’est pas du tout chose facile, c’est une période de forte pression et de stress. Si vous pensez que votre recherche mérite d’être mieux connue et que vous en avez le désir, je vous offre l’opportunité de le faire. Contactez-moi sur contact@louisagbokou.com et nous allons le faire pour vous.

J’offre une publication gratuite aux dix premières personnes qui me contactent!

Publicités

3 réflexions sur “Mieux communiquer sur la recherche agricole pour plus d’impact

  1. Todohoue 26 avril 2017 / 11 11 09 04094

    Bonjour Mr. Agbokou j’aimerais avoir une copie des fichier PowerPoint des communications du webinar sur la recherche et la communication.
    Merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s