Elevage de lapin : Mon plan de prophylaxie médicale

La gestion du suivi sanitaire est une préoccupation majeure en cuniculture. De plus en plus de nouvelles personnes se lancent dans la production du lapin. Aussi bien à l’endroit de ces Lire la suite

La gale du lapin : Ce que vous devez savoir

La gale fait partie des maladies parasitaires les plus fréquentes en élevage des lapins. C’est une maladie parasitaire externe dont le diagnostic précoce peut minimiser ses effets sur la Lire la suite

Comment reconnaitre la VHD ? Les lésions

Publié par https://louisagbokou.wordpress.com

Une fois encore, je ne vous parlerai pas des lésions d’ordre général. Je vous présente les lésions que j’ai obseErosion de la membrane interne de l'estomacrvées moi-même sur une exploitation cunicole affectée par la VHD.

On aurait pensé en premier lieu à une intoxication alimentaire. On observe un météorisme, un liquide jaunâtre s’écoule de l’urètre lorsqu’on presse l’abdomen. A l’autopsie, on constate une accumulation de gaz dans les caeca (expliquant le météorisme), le foie est décoloré, friable et présente un aspect cuit. Les canaux hépatiques sont fortement irrigués, on constate une hypertrophie de la vésicule biliaire. On note une érosion de la membrane interne de l’estomac et la membrane externe est fortement irriguée. La rate est Membre externe de l'estomac fortement irriguéhypertrophiée, les reins présentent des effusions sanguines.

En dehors de ces lésions à tropisme digestif, nous avons enregistré d’autres lésions hémorragiques. Au niveau des jeunes lapins morts, on observe un épistaxis moins prononcé, la trachée artère est hémorragique et sa membrane interne présente des grumeaux de sang. Les poumons présentent des effusions sanguines. Le cœur est flasque et à l’incision une quantité importante de sang noirâtre s’échappe.

En définitive, j’ai observé deux types de lésions : des lésions hépatiques et des lésions hémorragiques diffuses.Hypertrophie de la vesicule biliaire

J’ai une idée de ce que littérature dit sur les lésions de la VHD. Je dois avouer que la littérature m’a beaucoup aidé à me situer sur ce qui se passait réellement sur l’exploitation. Je choisis de ce fait de ne pas copier simplement les lésions décrites çà et là dans les ouvrages spécialisés ; celles que j’ai présentées ici ont été enregistrées effectivement sur l’exploitation.

Le coeur est flasque Urine jaunatre Le foie est friable et décoloré

Comment reconnaitre la VHD ? LES SYMPTOMES

Je vous parle ici de ce que j’ai vu moi-même. Il ne s’agit de généralité, ou d’imagination. Pour commencer je dois vous diUn lapin mort de VHDre qu’il est difficile de diagnostiquer la VHD en se basant uniquement sur les symptômes. C’est d’ailleurs le cas de toutes les maladies virales sauf que certaines maladies présentent des symptômes caractéristiques permettant de vite les suspecter.

En ce qui concerne la VHD en considérant ce que j’ai observé, on ne comprenait pas réellement ce qui se passait. Les lapins meurent seulement sans symptômes apparents.

Certains cessent de s’alimenter (anorexie) et le lendemain meurent. D’autres meurent sans aucun symptôme. D’autres encore se débattent dans la cage, sautent, accrochent leurs dents aux mailles de la cage, poussent des cris de détresse et meurent quelques minutes après. Cependant, un symptôme commun est une urine jaunâtre qui mouille le train postérieur du lapin mort. Cela n’a été cUn symptôme de la VHDonstaté qu’après la mort du lapin. J’avais donc hésité à le présenter comme un symptôme, mais plutôt une lésion. Un autre symptôme qui s’est révélé caractéristique, c’est une petite hémorragie du nez observé au niveau des narines du lapin mort.

Ce sont d’abord les lapines mères gestantes qui meurent suivi des lapines mères allaitantes et en dernière position les lapins à l’engraissement.

En résumé, il faut noter comme symptômes l’anorexie, des crises convulsives, écoulement sanguin au bout du nez, et une mortalité de presque 100% des lapins.

LA MALADIE A VIRUS HEMORRAGIQUE DU LAPIN SEVIT AU BENIN

Publié par http://suivifermesdelevages.wordpress.com

J’avais lu dans les ouvrages spécialisés les informations sur la maladie hémorragique virale du lapin encore connue sous le nom de Viral Haemorrhagic Disease (VHD) comme étant une maladie foudroyante des lapins. La littérature m’a Un lapin mort de la VHDrenseigné qu’elle avait même fait ravage au Bénin en 1997. Il y a de cela environ deux semaines, j’avais appris que la maladie serait entrain de faire ravage au nord du Bénin. J’étais pris de frayeur, la première question que je posais était « Existe-il déjà un foyer au sud ? ». On m’informait qu’il n’existe pas encore un foyer au sud et qu’il ne s’agissait que de suspicion.

Malheureusement, je me rends compte qu’il s’agissait en réalité d’un manque d’information. La maladie sévit bel et bien au Sud. Un élevage de 1000 lapines mères totalement décimé, un autre de 50 lapines mères également décimé. Je ne cite plus les petits élevages de 10 ; 20 ; ou 30 lapines mères dont les cheptels sont exterminés durant 7 à 12 jours. L’étude épidémiologique des lapins au Bénin ne présente depuis au moins 2005 aucune maladie virale rencontrée dans les élevages. Les symptômes et les lésions recueillis sur le terrain révèlent en réalité les manifestations de la VHD. Plusieurs éleveurs des départements de l’Ouémé et du Plateau en sont victimes. A cette allure tout le cheptel lapin au Bénin risque d’être décimé.

Mon objectif en rédigeant cet article est de vous apporter l’information. Je ne vous parlerai pas de suspicion car je ne sais pas durant combien de temps nous allons vous parler de suspicion et combien d’élevage en seront ravagés. C’est démoralisant de voir ses lapins bien portant d’une minute à l’autre s’écrouler et mourir devant soi. C’est quelque chose qui ne peut vraiment pas se décrire. Je ne vous souhaite pas de vivre cela.

Je vous présente les symptômes et lésions de la maladie dans un prochain article.

Que faire maintenant ?

Je vous suggère ce que vous devez faire tout de suite :Des lapins morts de la VHD mis dans une brouette

  • Renforcer les mesures de biosécurité au sein et autour de votre exploitation : éviter toute visite, désinfection systématique de tout le matériel provenant de milieu extérieur à la ferme, pédiluve, rotoluve ….
  • Déstocker votre engraissement ;
  • Réduire l’effectif des lapines en reproduction ;
  • Pour ceux qui veulent investir dans l’élevage de lapin, je vous suggère soit de démarrer avec un effectif assez réduit (si vous voudrez prendre le risque), soit de ne pas le faire du tout en ces moments-ci.

Je dois préciser qu’il existe un vaccin pour éviter la maladie. Malheureusement ce vaccin n’existe pas encore sur le marché béninois…

Depuis 10 ans que je fais ce métier de suivi des fermes d’élevage, je n’ai jamais rencontré une maladie de lapin qui m’a aussi challengé que la VHD. J’ai vu un élevage de plus de 350 lapins littéralement décimé en 12 jours. Le résultat d’un travail minutieux de 8 mois qui s’effondre comme ça en 12 jours. Je ne vous souhaite pas cela !

La prophylaxie médicale des lapins

La réussite du suivi sanitaire de vos lapins dépend en grande partie d’un bon plan de prophylaxie. Il n’existe pas à mon avis un plan de prophylaxie type à appliquer dans tous les élevages. Cependant, tout plan de prophylaxie prend en compte un certain nombre de traitements préventifs.

Je profite de la demande d’un collègue pour élaborer avec vous un plan de prophylaxie que j’ai élaboré pour accompagner les entrepreneurs agricoles producteurs de lapins.

Mon plan a fait ses preuves pour le suivi sanitaires des exploitations cunicoles. Je me mettrai à votre disposition pour l’appliquer dans votre exploitation.

Pour avoir mon plan de prophylaxie, veuillez visiter ma boutique en ligne en cliquant ici.

 

Je vous souhaite une bonne réussite de votre élevage.

Les abcès chez les lapins. Que faire ?

Mes lapins ont des abcès partout. Que faire ? C’est une question que m’a posée un éleveur de lapins.

La première chose à se demander c’est la cause de ces abcès. Et la deuxième chose c’est comment y remédier.

Les lapins sont des animaux très sensibles aux conditions hygiéniques de l’élevage. Lorsque l’hygiène dans les cages laisse à désirer, l’un des constats est la présence d’abcès au niveau des pattes, les mamelles, et sur tout le corps des lapins principalement les lapereaux.

Que faire donc ?

  • En prévention, il faut maintenir un bon niveau dans les cages y compris dans les boites à nid, et dans tout l’élevage en général
  • En traitement, il faut laver désinfecter et faire sécher les cages au cas où vous pouvez changer des cages aux lapins. Dans le cas contraire, il faut désinfecter les cages contenant les lapins, à l’aide d’un chiffon imbibé de solution désinfectante. Enfin, mettre les lapins concernés sous antibiotique pendant cinq jours.