Interview d’un exploitant agricole au sujet de l’aviculture locale

Le suivi des grandes exploitations d’élevage m’avait mis en contact avec des exploitants agricoles de rang et de classe différents. Il y a de ces exploitants qui se mettent à javic localour techniquement et qui de ce fait, facilite l’accompagnement du technicien. Celui que j’ai interviewé dans cet article fait partie de cette catégorie d’exploitants agricoles.  Il réside à Djérègbé dans la commune de Sémè-Podji. Il fait l’élevage des poissons, des porcs et des poulets locaux.

Je m’intéresse dans cet article à l’élevage des poulets locaux.

(Notez que : A. L =  Agbokou Louis et  A.G = Agondohoui Valère).

A.L : Bonjour Monsieur, présentez-vous

A.V : Bonjour, je m’appelle Valère Agondohoui, je suis un passionné de l’agriculture

A.L : Que pensez-vous de l’aviculture locale ?

A.G : C’est la seule aviculture qui soit vraiment adaptée à notre milieu.

A.L : Qu’est-ce qui vous fait dire cela ?

A.G : Les poulets de race sont des produits chimiques en déplacement. Il faut continuellement acheter les produits vétérinaires pour avoir les résultats escomptés et il faut investir énormément en exploitation, ce qui augmente le coût d’exploitation et par ricochet le prix de revient. Alors que notre marché veut des produits de qualité et à moindre coût. Les poulets de race ne sont adaptés ni à notre milieu ni à nos conditions d’élevage. Par contre avec les poulets locaux, on n’a pas forcément besoin d’un grand investissement pour démarrer et ils ne sont pas trop exigeants en matière de produits vétérinaires.

A.L : Comment conduisez-vous votre élevage des poulets locaux ?

A.G : Je fais couver les œufs par les poules elles-mêmes. Je compose la provende et je leur donne. Une fois éclos, je laisse les poules avec les poussins pendant 10 jours. A ce moment les poussins savent déjà manger, j’isole donc la poule mère et je donne à manger aux poussins.

A.L : Qu’est-ce que vous donnez à manger à vos poulets ?

A.V : Je leur donne de la provende que je compose moi-même. J’achète le son de blé et le tourteau de palmiste. Je fais le mélange dans une proportion d’environ 50% puis je les laisse picorer les compléments sur le pâturage et autour des termitières qui s’y trouvent.

A.L : Comment assurez-vous le suivi sanitaire ?

A.V : C’est ce que je disais au début de l’entretien. Les poulets locaux n’ont pas besoin de mon point de vue de beaucoup de produits vétérinaires. Moi je donne en permanence  comme complément en acides aminés de l’Amin’total à raison de une cuillerée à café d’Amin’total dans un bol de 6L d’eau. Cela me fait 2 sachets d’Amin’total pour 70 poulets par mois.  Ensuite je fais du déparasitage tous les 2 mois. C’est tout ce que je fais.

A.L : Pensez-vous que l’aviculture locale peut nourrir son homme ?

A.V : L’aviculture locale béninoise a essentiellement un problème de productivité. On n’a mis pas en place au Bénin, un système qui favorise la productivité. Si par exemple, on peut maîtriser l’alimentation qui représente près de 80% du coût de production, l’aviculteur local peut bien vivre de son activité. Mais tant que l’alimentation n’est pas sérieusement maîtrisée, l’aviculture locale aura de la peine à décoller.

A.L : Quelles sont vos perspectives ?

A.V : Je veux industrialiser l’activité. Je suis membre de la Société Coopérative des Porciculteurs de Tohouè. Chacun de nous fait également de l’aviculture locale. Nous allons faire une tontine pour acheter une couveuse pouvant contenir 1000 œufs. Nous allons disposer d’autant de poules pouvant permettre de mettre à la disposition des coopérateurs 100 poussins par mois. Les coopérateurs vont juste engraisser les poussins puis les vendre. La société coopérative va engager en son temps un technicien qui va suivre les géniteurs. Mon rêve n’est pas d’être le plus grand aviculteur. Mon rêve c’est que les aviculteurs de ma société coopérative soient les plus grands aviculteurs du Bénin.

A.L : Je vous remercie du temps accordé pour le compte de cet entretien.

A.V : C’est un plaisir pour moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s