Stage international en Israël sur ‘Entrepreneuriat agricole, genre et développement durable’ : 9 suggestions pertinentes aux pays membres de la CEDEAO

Stage international ‘Entrepreneuriat agricole, genre et développement durable‘ en Israël au Centre International de Formation Agricole, fruit de la coopération entre l’Agence Israélienne de Coopération au Développement (MASHAV) et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Dix-neuf professionnels agricoles provenant de dix pays membres  de la CEDEAO (Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Sénégal, Sierra Leone et Togo) et de la commission de la CEDEAO, bénéficient de la formation sur les thématiques entrepreneuriat agricole, genre et développement durable.

FORMATION MASHAV CEDEAO 2017

Cette formation vise à renforcer les capacités des participants en vue d’appréhender les paramètres économiques des entreprises agricoles ; de planifier le calendrier agricole et les paiements des entreprises agricoles ; d’évaluer les obstacles liés au genre et de formuler des stratégies genre à intégrer dans les projets agricoles ; et d’intégrer des considérations agroécologiques dans l’élaboration des plans d’affaires agricoles.  Lire la suite

Publicités

Quelles étaient les contraintes du secteur agricole il avait de cela 5 ans ? (12)

Publié par https://louisagbokou.wordpress.com

ASPECTS LIES AU GENRE

Selon les données du RGPH3 (INSAE, 2002), la proportion des femmes actives dans les emplois agricoles tourne autour de 35,9%. A cette proportion vraisemblablement liée aux femmes actives agricoles ou chefs d’exploitations agricoles, il faudrait ajouter la grande masse des femmes intervenant dans les activités typiquement féminines de post-récolte telles que : la transformation et la commercialisation des produits agricoles.

Les activités qui absorbent la plus grande proportion des groupes vulnérables que sont les femmes et les jeunes, sont de plus en plus au cœur des approches de mise en œuvre des actions dans le secteur et font même l’objet d’une démarche d’institutionnalisation. Beaucoup reste cependant à faire pour surmonter les contraintes socioculturelles qui persistent, afin de permettre à cette catégorie d’acteurs de bénéficier de toute l’attention requise et de jouer correctement sa partition dans les programmes de développement du secteur agricole.

Cinq années après la validation du PSRSA, ces contraintes se sont-elles amenuisées ?