Agriculture biologique : La position de l’Afrique

agrio_bioLes réalités africaines sont différentes de celle de l’Europe, de l’Amérique et de la plupart des pays développés. Un sincère merci à monsieur Lewis Yehouenou qui aimerait avoir mon opinion sur la question et a sollicité le présent article. Chaque catégorie de pays à savoir pays développé et pays non développés fait face à des problèmes spécifiques. Certaines des contraintes comme par exemple la destruction de la couche d’ozone sont transversales et affectent aussi bien les pays développés que les pays sous-développés.

En matière agricole, les réalités des pays développés sont en grande partie différentes de celles des pays sous développés. Je prends un exemple courant : la plupart des pays sous développés ont pour leitmotiv l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire alors que les pays développés produisent et stockent pour les 3 voire les 5 prochaines années. Ces pays développés le sont parce qu’ils sont des pays industrialisés : leur agriculture est également industrialisée. Ils ne parlent plus de la mécanisation alors que chez nous en Afrique c’est maintenant on aborde timidement la mécanisation agricole. Notre agriculture est traditionnelle et par conséquent respectueuse de l’environnement.

 On entend parler de plus en plus d’agriculture biologique (bio). En tant que professionnel agricole je définis l’agriculture biologique comme un système de production qui interdit l’utilisation de tout produit chimique à savoir engrais chimique, produits vétérinaire, additifs alimentaires, produits de traitement phytosanitaires, herbicide etc. Il s’agit d’un processus de production qui ne recourt à aucun intrant de synthèse, tout est naturel d’où l’appellation bio. L’agriculture conventionnelle par contre admet l’utilisation des produits chimiques tout en fixant leur norme d’application. L’agriculture intensive ou industrialisée ou encore agriculture productiviste fait partie de l’agriculture conventionnelle. Il est important de préciser que l’agriculture conventionnelle n’exclut pas de recourir à l’amendement organique.

 L’historique du bio

D’après mes lectures, l’histoire du bio remonterait des années 70 où face aux limites de l’agriculture industrialisées, il paraissait intéressant d’envisager un autre type d’agriculture qui limite ou interdit l’utilisation de produits chimiques. A l’approche des années 70, des changements sociologiques importants influencent le développement de l’agriculture biologique. Face à l’apparition d’une agriculture industrielle et de ce fait d’engrais, d’herbicides et de pesticides de synthèse produits par des industries pétrochimiques, l’agriculture biologique fit ses premiers pas. L’agriculture biologique commence à apparaître comme une alternative intéressante face à l’agriculture industrialisée.

Quelle est l’état actuel de notre agriculture ?

En Afrique, notre agriculture cherche toujours à s’exprimer. Extensive, elle enregistre cependant l’engagement d’un nouveau type de producteurs et de structures d’accompagnement technique et financier. L’accord de Maputo qui stipule que les Gouvernements consacrent 10% de leur budget annuel au secteur agricole n’est pas encore une réalité dans tous les pays africains. Notre agriculture est naissante et balbutiante. L’agriculture africaine est tout sauf une agriculture industrialisée ou intensive. C’est pourquoi nos discours de politique agricole sont truffés de sécurité alimentaire et d’autosuffisance alimentaire. -Notez que la sécurité alimentaire est différente de la sécurité des aliments. La sécurité des aliments est l’assurance que les aliments ne causeront pas de dommage au consommateur quand ils sont préparés et/ou consommés conformément à l’usage auquel ils sont destinés. Par contre La sécurité alimentaire (food security) est une expression qui désigne la sécurité des approvisionnements alimentaires en quantité et qualité (AFNOR, 2008).

En outre, nous disposons de quelques produits d’exportation mais l’ignorance des normes internationales de production fait que nous n’intervenons pas sur le marché international comme il le faut. Mon professeur d’Outils Qualité en Production nous avait comptés le mauvais sort de l’ananas produit au Bénin qui, bien que disposant des meilleures élements organoleptiques, laisse au contrôle qualité des traces de résidus au-delà des limites acceptables et de ce fait ne peut intégrer le marché européen. Je me rappelle aussi des quantités considérables de crevettes détruites au sein de l’Union Européenne car les conditions microbiologiques de nos cours d’eau ne respectaient pas les normes en la matière, les mesures hygiéniques liées à la pêche et à l’emballage des crevettes ne sont pas respectées. Tout ceci donne l’impression que nous sommes victimes de la globalisation.

Notre choix, mon avis

Comme vous pouvez le constater, nous n’avons pas les mêmes problèmes avec les pays développés. Nous avons un problème de sécurité alimentaire et d’autosuffisance alimentaire. Notre système de production doit être à mon avis mécanisé puis industrialisé tout en respectant les normes d’application des intrants agricoles. L’instauration de la démarche qualité au sein des systèmes de production va favoriser le contrôle de la qualité des intrants agricoles et permettre une agriculture raisonnée. L’agriculture bio étant une alternative de l’agriculture industrialisée, je ne pense pas qu’elle soit adaptée à notre contexte en tant que choix stratégique de politique agricole nationale.

Mon point de vue ne saurait mettre fin à la réflexion. Vous pouvez partager avec moi le vôtre en commentaire.

Publicités