6 points concis pour reconnaître facilement la maladie de Gumboro sur le terrain

Le Bénin vit encore une crise au sein du cheptel avicole moderne. Plusieurs milliers de poussins sont déjà morts. La maladie de Gumboro est suspectée dans la plupart des cas. En se basant sur les diagnostic clinique et lésionnel, je décris 6 éléments qui peuvent vous permettent de reconnaître la maladie de Gumboro.

poussisn-en-quarantaine.jpg

1- L’âge des sujets

La maladie de Gumboro est une virose qui attaque les poussins à la phase de démarrage. Vous pouvez donc l’observer chez les sujets de 3 à 6 semaines ; mais globalement je peux l’entendre sur toute la phase de démarrage c’est-à-dire 1 à 8 semaines d’âge. En termes plus simples, pas de maladie de Gumboro chez les poulettes ni chez les poules pondeuse ou les coquelets adultes.

2- Une forte morbidité

La maladie est caractérisée par un nombre important de sujets malades pouvant atteindre les 100 % en 4 à 5 jours. Les sujets sont prostrés, les plumes ébouriffées et une atteinte de leur état général. Vous pouvez noter quelques signes de l’appareil digestif à savoir l’anorexie et une diarrhée aqueuse entraînant l’humidification de la litière.

poussin_gumboro

3- Une détresse anté mortem importante

Vous allez observer des sujets prostrés au sol qui souffrent une demie journée ou une journée entière avant de mourir. La mortalité n’est pas subite, elle fait suite à une détresse importante du sujet malade.

4- La carcasse à aspect hémorragique

A l’autopsie, après l’ouverture vous notez que l’ensemble de la carcasse présente un aspect hémorragique. Les muscles, les organes du thorax et de l’abdomen présentent un aspect hémorragique. Tout spécialiste expérimenté reconnaît ceci à premier coût d’œil.

5- La présence de pétéchies dans les muscles

Dans les muscles du bréchet et de la cuisse en particulier, il existe de petites tâches de sang. A la surface des muscles comme après incision dans les muscles, ces tâches de sang sont mises en évidence. Il s’agit d’un signe caractéristique de la maladie de Gumboro.

6- L’inflammation de la bourse de Fabricius

Etant aussi appelée la bursite infectieuse, la maladie de Gumboro est caractérisée par l’inflammation de la bourse de Fabricius. A l’incision, il est observé une hypertrophie œdémateuse, des lésions hémorragiques et nécrotiques.

Il faut également noter au niveau de la rate et des reins une hypertrophie et des lésions hémorragiques. Lorsque vous avez observé ces points sur le terrain, vous pouvez fortement suspecter la maladie de Gumboro. Vous serez alors amené à appliquer la méthodologie appropriée.

Louis Agbokou.

Publicités

Que pensez-vous de ce sujet, partagez avec nous

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s