Production de tomate de la grande saison: une perte pour l’agriculteur !

Au Bénin, dans le département du Couffo, la culture de la totomatemate représente une activité importante pour les producteurs agricoles. Comme je vous l’ai présenté dans l’article sur les opportunités agricoles de la commune de Lalo, les producteurs du département du Couffo ont une prédilection pour la culture de la tomate. Cependant, ces valeureux producteurs ne tirent pas profit de leur activité précisément au cours de la grande saison de pluie.

Quelle période de l’année représente la grande saison ?

Les régions du sud Bénin jouissent d’un climat de type subéquatorial caractérisé par quatre saisons :

  • une grande saison pluvieuse (avril à juillet) ;
  • une petite saison sèche (août à mi-septembre) ;
  • une petite saison pluvieuse (mi-septembre à novembre) ;
  • une grande saison sèche (décembre à mars).

Je dois ajouter qu’avec les perturbations climatiques, on constate un léger décalage des périodes sus-citées. Dans le département du Couffo, au cours la grande saison, on note un engouement des producteurs pour la culture de la tomate.

 Comment cela se passe-t-il sur le terrain ?

Les agriculteurs commencent déjà la préparation du sol dès le mois de janvier. Avec les premières pluies de début mars, les agriculteurs qui s’adonnent à cette culture dans la zone de production du Couffo font massivement les premiers repiquages de tomate. La culture ainsi installée bénéficie de l’apport d’eau de la part des agriculteurs en attendant l’installation proprement dite de la saison pluvieuse. Il s’agit de ce que nous appelons dans notre jargon « culture précoce ». De mars jusqu’en avril, des centaines d’hectares de tomate sont installés dans le Couffo pour le compte de la grande saison. C’est une culture d’une grande importance dans la localité.

Les premières récoltes de tomate interviennent donc vers fin mai-début juin. Ces premières récoltes arrivent à un moment où la tomate fraîche se fait rare. Mais à partir de ce moment, elle devient de plus en plus abondante au fil des jours. Le mois de juin est la période de grande abondance de la tomate fraîche.

 Comment se réalise la vente de la tomate dans le département ?

Comme la tomate produite à contre saison, les premières récoltes de la culture précoce coûtent chères. Ceux qui font les premières ventes bénéficient le plus souvent d’un prix vraiment alléchant.  Au cours de la présente campagne, la bassine de 30 kg a coûté 30 000 FCFA dans la première semaine de ventes. Ce prix commence par chuter graduellement pour finalement tourner en défaveur du producteur.

Véritablement au cours du mois de juin, l’abondance de la tomate fraîche est impressionnante quel que soit le marché. Du marché de Gnizounè (Lalo) au marché central de Klouékanmè en passant par ceux de Thikpé, de Hlassamè, de Kissamè…, la tomate fraîche est disponible en grande quantité les jours de marché. Le marché de Tchikpé (une localité située entre Lalo et Klouékanmè) s’anime pratiquement tous les jours autour de la tomate.

En période d’abondance, On se rend compte d’une triste réalité ! Le prix de la tomate devient dérisoire dans les marchés. La bassine de 30kg a coûté entre 2 000 et 2500 FCFA en fin du mois de juin de cette campagne. Ceux qui amènent leur produit au marché pour y vendre ne trouvent même pas tous de preneurs. Les années antérieures, il n’était pas rare de voir certains jeter leur tomate pour ne pas avoir à assurer encore le transport retour  pour le produit qui est resté invendu.

A analyser de près la situation, on se rend compte de la souffrance des producteurs. Au bilan, le compte de résultat est négatif. C’est décourageant de voir le fruit de plusieurs mois de dur labeur partir en fumée ; et quand on sait que l’état béninois subventionne certains intrants comme l’engrais, on se sent interpelé à réfléchir à la situation.

Quelles solutions envisager ?

La tomate fraîche ne pouvant pas être conservée, la transformation est l’une des solutions à envisager. Cela constitue une opportunité pour les entrepreneurs agricoles. Dans ce domaine, il est important de souligner que « le terrain n’est pas vierge ». Il existe actuellement à Klouékanmè une entreprise qui fait la transformation de la tomate fraîche en purée de tomate pouvant être conservée pour une durée de 24 mois. Mais sa capacité de transformation est loin de satisfaire l’offre combien importante de tomate au cours de la grande saison. L’initiative mérite donc d’être encouragée et répliquée. Aussi, le Gouvernement ou toute autre structure nationale ou internationale peut également planifier d’acheter la production de tomate au cours de la grande saison dans le département du Couffo.

Ce sont les solutions auxquelles nous avons pensées, vous pouvez toujours compléter la liste en laissant votre proposition en commentaires.

Louis Agbokou et Didier Bonou

Publicités

Une réflexion sur “Production de tomate de la grande saison: une perte pour l’agriculteur !

  1. AKPLOGAN Florentin 4 juillet 2016 / 18 06 18 07187

    Je pense qu’Il faudra faire une demande en direction des PTF (écrire aux projets qui interviennent dans le maraîchage par exemple) du secteur agricole pour leur faire connaître la situation et plaider pour une augmentation des capacités de transformation de la seule unité de transformation existante, susciter d’autres jeunes à s’inserer dans la transformation de cette spéculation dans la localité. Ces structures pourront signer des contrats de partenariat avec les producteurs au vu de leurs capacités de production afin de lancer un début d’organisation de la filière.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s